ASPAS : l’enclos de la mort

Richard sur Terre
date 17 novembre 2023
author Richard sur Terre

Selon un rapport de réunion que je me suis procuré, le parc de Valfanjouse, propriété de l’ASPAS, est un mouroir innommable.

Partager cet article
11 Commentaires :
  1. GUILLAUME MARKUS
    17/11/23

    C’est vraiment dégueulasse !

    Le fait d’enfermer derrière des clôtures des animaux sauvages dans un espace nettement insuffisant pour qu’ils puissent se nourrir au point de mourir de faim et de s’entre-dévorer est-il constitutif :
    – d’actes de cruauté
    ou
    – de sévices graves ?

    Je le suppose.

    Au minimum, il y a négligence. Le nourrissage complémentaire et suffisant de ces animaux enfermés en enclos aurait dû faire partie des diligences à la charge de l’ASPAS. Il y avait à priori le conseil de la vétérinaire qui avait procédé aux stérilisations. Où était-elle face à ce désastre ?

    Le Code pénal parle en son article L.521-1
    « Des sévices graves ou actes de cruauté envers les animaux ».

    Cela concerne les animaux domestiques ou apprivoisés ou tenus en captivité.

    Le Code pénal punit ces crimes de 3 ans d’emprisonnement et de 45.000€ d’amende.

    La responsabilité des personnes morales (l’ASPAS dans ce cas) n’exclut pas celles des personnes physiques.

    Il faut alerter le Préfet de région afin qu’il prenne les mesures nécessaires pour faire cesser ce désordre gravissime.

    Pour rappel, l’ASPAS se définit ainsi :
    « Depuis 1980, l’Association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS) conteste sans concession toute décision qui porterait atteinte à la vie sauvage et aux milieux naturels ».

  2. Deuch
    17/11/23

    Bravo Richard ou sont passés les médias de tout bord qui passe en boucle un accident de chasse silence radio j’espère que sa vas ouvrir les yeux de leurs généreux donateurs à quoi sert leurs argent et qu’il vas avoir une enquête pour l’argent gaspiller des contribuables pourquoi L 214 ne dénonce pas eux qui ne se gêne pas pour salir les agriculteurs

  3. Anthony
    17/11/23

    Merci Richard!
    Il fallait un porte parole du bon sens et tu es là. Tu es notre voix, notre vénéré !
    Ce qui m’interroge le plus, c’est d’avertir, comme pour ce cas désespéré, dès le début, de la fin prévisible, et d’arriver, après 4 ans, à ce constat prévu. Qui sont, que sont, nos élus ? OK, ils ne sont pas tous abonnés à Richard Sur Terre. Mais ont ils une vision, une réflexion qui aillent au delà de leur re-election?
    Où est passé le bon sens? Parfois je me désespère et puis je me persuade que l’action de chacun, comme la tienne, arrivera à retrouver la raison.
    Continue Richard, et merci encore

  4. OLGA
    18/11/23

    L’ASPAS a acheté cet enclos de chasse fin 2019 et c’est près de trois ans et demie plus tard qu’on se remue et qu’on expose lors d’une réunion en mairie de Léoncel (région Auvergne-Rhône-Alpes) à quel niveau d’horreur on est parvenu !!!

    J’aimerais bien connaître les conclusions et décisions prises à la suite de cette réunion de mars 2023.

    L’ASPAS n’a rien fait pendant ces trois années pour savoir l’état du parc et de ses animaux ???

    La nature se régule toute seule, n’est-ce pas ? Voilà la preuve !

    Il est temps que les autorités et les politiques s’en mêlent réellement.

    Si je ne me trompe pas, le Président du conseil régional d’Auvergne-Rhône-Alpes est Monsieur Laurent WAUQUIEZ.

    Peut-être faudrait-il qu’il reçoive le compte rendu de la réunion en mairie de Léoncel, qu’il secoue tout le monde et qu’il saisisse préfet et autorités judiciaires pour des mesures et sanctions appropriées.

    Le Chasseur Français, c’est pas mal finalement.

  5. mouchous
    18/11/23

    quelle horreur, je suis d’accord, il faut savoir ce qu »a donné la réunion et transmettre une copie au préfet et aux services vétérinaires du département ainsi qu’aux députés et sénateurs du coin. Que tout le monde dise sa position sur ce sujet et une bonne condamnation pour l’Aspas. Au moins que toutes ces bêtes ne soit pas mortent pour rien dans d’horribles souffrance.
    Merci richard.

  6. Duhem
    19/11/23

    Après vérification des faits, poursuites judiciaires à mener.
    Qu’ en est-t-il de la loi sur les clôtures . Dans le cas de l’ASPAS, sont-elles conformes?
    Pourtant nous connaissions, par avance, le résultat de cette lubie. La preuve en avait été déjà donnée aux aux Pays-Bas il ya quelques années dans le cadre d' »expérimentation scientifique » qui s’est terminée par un fiasco.

  7. CHARLES Francis
    19/11/23

    il y a des vandales écolos qui détruisent miradors et cabanes de chasse (ces dernières sont incendiées). il faudrait que la nature vienne en aide à ces animaux qui dépérissent avec une méga tempête de vent , de neige qui ferait tomber 100 arbres sur la clôture de Val Fanjouse . Sans doute certains animaux ( pas tous ) retrouveraient la liberté , mais est-ce une bonne solution ? il faudrait taper les propriétaires (l’ASPAS) au porte-feuille.

    1. MARKK
      20/11/23

      Dans l’état actuel de ce parc de chasse appartenant à l’ASPAS, il ne faudrait surtout pas que les clôtures soient dégradées et permettent aux animaux enfermés de se répandre alentours.

      Car il ne faut pas oublier le risque de pollution génétique chez les cerfs puisque le parc contient des cerfs Sika femelles non stérilisées.

      Ce serait un grand danger pour les cerfs élaphes de nos régions.

      Concernant les miradors pour la chasse qui sont détruits par les sagouins écolos, il va falloir en installer de nouveaux en métal, plus difficile à découper.

  8. sco
    20/11/23

    Bon a partir de demain j ‘arrête de faire de la maçonnerie ……je veux faire chirurgien esthétique !!!!! Oui c’est possible j’ai vu un tuto la dessus …………On est pas loin de cela non ?

  9. OLGA
    21/11/23

    Décidément, il se passe de curieuses choses au Domaine de Valfanjousse propriété de l’ASPAS, achetée en 2019 pour 2,3 millions d’euros.

    Tout dernièrement, l’ASPAS a déposé pour Valfanjousse un dossier en préfecture de la Drôme pour obtenir un agrément d’élevage de gibiers.

    Et qu’à décidé la Préfecture de la Drôme ? Et oui, la Préfecture a délivré à l’ASPAS le précieux sésame d’agrément d’élevage de gibiers à Valfanjousse pour ses sangliers et ses cervidés après tout ce qu’il s’est passé et dont la préfecture est informée. Félicitations à la Préfecture !!

    On apprend aussi, à la suite de la réunion à Léoncel, que les daims de Valfanjousse (soixante environ) ont été déplacés vers d’autres parcs ou structures et aussi auprès de PARTICULIERS !

    Je serais très étonnée que ces particuliers auprès desquels ces daims ont été attribués par l’ASPAS détiennent le certificat d’aptitude leur permettant de détenir chez eux un animal sauvage.

  10. Patrice
    21/11/23

    Et personne ne porte plainte contre ces guignols?
    Et les médias ordinaires, aucun n’est au courant ?

Soumettre un commentaire

Sur le même sujet

Vidéos les plus récentes