Le béluga végan du parti animaliste

Les #antispécistes n’en finissent pas de nous donner des aperçus de leur doctrine ridicule. Alors nous, on les regarde, mi gênés mi amusés. Cette fois il s’agit de laisser mourir un béluga parce que lui donner des truites c’est mal. Vous croyez que je déconne ?

Sources

Merci pour votre soutien financier, si important : https://fr.tipeee.com/richardsurterre
Cliquez sur le bouton “Rejoindre” et bénéficiez d’avantages exclusifs : https://www.youtube.com/channel/UCZIR19yr81nmaP0pMfiMwxw/join
Vous pouvez aussi me soutenir via PayPal :https://www.paypal.com/donate/?hosted_button_id=AQH9E7HPLGV4S
La boutique Richard sur Terre : https://wizzly.fr/yt-Richard-boutique-210730
Retrouvez-moi sur Facebook : https://www.facebook.com/richardsurterrelapage/
Twitter : https://twitter.com/richardsurterre
Instagram : https://www.instagram.com/richardsurterre/?hl=fr
Le site internet de Chasses Éternelles : https://chasseseternelles.com/
La page Facebook : https://www.facebook.com/ChassesEternelles
Twitter : https://twitter.com/ChassesEtern
Instagram : https://www.instagram.com/chasseseternelles/?hl=fr

Les Nouveaux Prédateurs

Comment ils menacent les hommes sans protéger les animaux

Un essai engagé qui met en évidence les dérives de l’écologie radicale et des militants antispécistes.
Protéger les animaux, leur assurer des conditions de vie décentes, consommer autrement en respectant notre environnement… Qui serait en désaccord avec ces principes fondamentaux ? Mais, on le sait, l’enfer est souvent pavé de bonnes intentions. Aujourd’hui, les activistes antispécistes et les militants écologistes les plus radicaux détournent ces idées partagées par le plus grand nombre. Animés par une idéologie radicale, convaincus que l’intimidation peut remplacer l’échange démocratique, ils imposent, peu à peu, leur vision du ” meilleur des mondes ” : une société dans laquelle l’homme et l’animal seraient égaux en droits. Cette rupture philosophique ne peut être que dramatique, pour les humains mais aussi et surtout pour les animaux dont l’existence dépend en grande partie de nous.
Avec cet essai passionné, Charles-Henri Bachelier, spécialiste du monde rural et directeur de revues consacrées à la chasse et la nature, veut rétablir le débat et sortir des anathèmes. Argument contre argument, il met en lumière les limites et les dérives de la mouvance animaliste. Au fil des pages, il rappelle que la relation entre l’homme et l’animal est plus complexe qu’une accumulation de bons sentiments ou de slogans menaçants : il s’agit d’un lien fondamental, reposant sur des siècles de compréhension, de savoir-faire… bref, de civilisation. Un héritage que ce livre nous aide à mieux comprendre et à protéger.

Nos dernières publications

2 Commentaires

  1. Meurat fabrice

    Merci , merci de ton investissement pour montrer la bêtise humaine, la haine dirigée vers une minorité trop longtemps silencieuse, soyons fiers d être chasseurs et soyons solidaires pour continuer de vivre notre passions dans le respect de chacun .

    Réponse
  2. François Reveilhac

    Les écolos et leurs variantes de tout poil (antispecistes, animalistes, anti chasseurs et j’en passe…) sont des adeptes de la philosophie de laisser la nature faire comme seule solution (et surtout pas l’homme porte malheur de tous les maux) et dès qu’un pauvre Béluga perd le Nord, ces imbéciles veulent intervenir contre la nature ce pauvre animal avait perdu son sens naturel d’orientation et de survie. Quelle cohérence…’
    Ils dénaturent le sens de leur « combat »…

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest

Share This