Chasses estivales individuelles, un bon outil de régulation

Les chasses estivales individuelles aident à mieux connaître les territoires et les cheptels en présence. Elles viennent en complément ou se substituent aux battues collectives qui elles constituent aussi un bon entraînement des meutes pour les futures traques hivernales.

Les chasses estivales individuelles sont un bon préalable aux battues hivernales à plus d’un titre. Ces pratiques en solo offrent une vision globale du territoire, aident à mieux connaître les remises des animaux, à apprécier le succès de la reproduction ou à identifier des déséquilibres éventuels. Elles permettent aussi d’acquérir une assurance dans la maîtrise de l’arme, le tir et le jugement des animaux qui seront très utiles plus tard en battue. Quant à la battue estivale dans les cultures, outre une remise en forme des meutes, c’est d’abord un outil de dissuasion et d’effarouchement destiné à éloigner les animaux pour limiter les dégâts.

Par Pascal Durantel

Les chasses individuelles dans la pratique

N’allez pas croire que les chasses individuelles ne permettent pas de contrôler l’expansion d’une population de sangliers. Car en levant les restrictions, c’est-à-dire en chassant quasiment toute l’année (la chasse ne ferme réellement que du 1er au 15 avril sauf dans les zones déclarées en peste porcine), nos confrères alsaciens nous ont prouvé le contraire. Et les tirs à l’approche ou à l’affût leur permettent de prélever un peu plus de 40% du tableau total, dont 10% reviennent aux tirs de nuit.

Le tir d’été compte parmi les mesures importantes prises par les fédérations de chasseurs pour réduire la facture relative aux dégâts agricoles commis par des populations de sangliers pléthoriques. Le principe d’une chasse régulière, étalée dans le temps pour effaroucher les animaux et les délocaliser des zones sensibles a donc été retenu. Les chasses estivales, qui peuvent être pratiquées dès le mois de juin et viennent en complément des ouvertures anticipées au 15 août obéissent à cette logique de réduction des dégâts, d’effarouchement des animaux et de régulation des effectifs. La mesure joint l’utile à l’agréable : elle satisfait les agriculteurs… et les chasseurs qui bénéficient d’une saison rallongée. Parmi les stratégies privilégiées, l’approche ou à l’affût s’intègrent dans une démarche de chasse raisonnée, qui permet de découvrir d’autres modes de prélèvements obéissant à une logique qualitative et non à un principe de destruction.

L’affût

L’affût est un mode de chasse silencieux et sélectif qui dérange moins le gibier que l’approche, et permet de bien apprécier les structures et les densités de populations évoluant sur son territoire. Le procédé compte d’autant plus d’adeptes qu’il peut s’agir du seul mode de prélèvement estival autorisé en sus des battues administratives. Plusieurs options s’offrent à vous : affûts fixes ou mobiles, installés au sol ou en l’air et bien intégrés dans la végétation environnante. La position surélevée, qui permet d’échapper à la vue du gibier, et dans une certaine mesure à son odorat, semble cependant préférable, même le risque d’être éventé persiste à distance, car les effluves portés par le vent finissent toujours par retomber au sol.

Outre les classiques miradors, vous pouvez opter pour la chaise d’affût, simple siège, qui se trouve ou non dans le prolongement d’une échelle dont la hauteur varie de 4 à 6 m. L’ensemble est attaché à un arbre par une chaîne de tension à ressort qui ceinture le tronc. Mobile, le système laisse une plus grande liberté de mouvement et d’action. Il permet de surveiller à moindres frais tous les endroits stratégiques du territoire selon la direction du vent et les assolements en place. Ceci tout comme le tree stand, plate-forme mobile fixée en hauteur à un tronc. Très pratique, ce dernier accessoire venu des États-Unis que vous transportez facilement à dos d’homme est notamment fort apprécié par les archers.

Le bon choix des emplacements

Le mirador indépendant, plus spacieux mais plus coûteux, peut lui aussi être mobile s’il est construit en alliage léger. C’est une plate-forme ( le Hochsitz des Allemands ) couverte ou non, souvent dissimulée derrière une haie, le long de cultures attractives. Vous pouvez aussi opter pour la classique construction lourde en bois destinée à rester sur place en permanence.

Le choix de l’emplacement est un élément déterminant dont dépend le succès de vos chasses futures. Il doit offrir une bonne visibilité, et toutes les garanties de sécurité requises lors du tir. Bien intégré au décor, facile d’accès, il est installé à l’écart des voies de communication et des chemins fréquentés, mais aussi à proximité des lieux appréciés des animaux. Les meilleurs emplacements se trouvent en lisière de forêt, au carrefour d’allées forestières, à 40/50 m de coulées régulièrement fréquentées, près de clairières, de jeunes coupes ou de plantations, et bien sûr le long des cultures.

Bien chasser le sanglier à l’affût suppose d’abord de parfaitement connaître ses habitudes. Pour cela, rien ne vaut les précieux renseignements fournis par la lecture des indices qu’il abandonne sur son passage, et qui témoignent de ses activités et de ses cheminements.

Volontiers erratique, le sanglier se remise rarement 2 ou 3 nuits de suite dans une même bauge. Mais peu dérangé, il empruntera néanmoins les mêmes itinéraires comportant des coulées principales (toujours excellent d’y installer un affût à proximité) et secondaires qui le conduisent de sa remise aux aires de gagnage.

Bonnes stratégies d’affût

Dans la mesure où ses déplacements, leur fréquence et leur ampleur, sont dictés par les disponibilités alimentaires offertes par le milieu selon les saisons, l’échelle d’affût mobile ou le tree-stand trouvent ici sans doute leur meilleur emploi. On les installe près d’une prairie retournée fraîchement et où la bête noire risque de revenir, d’une queue d’étang quand sévit la canicule, et le long des cultures attaquées. Dans tous les cas, l’affût ne doit jamais être trop éloigné des remises diurnes. À défaut, les animaux se présenteront trop tard le soir et rejoindront leur cantonnement diurne avant le lever du jour.

Il faut impérativement prendre en compte la direction des vents dominants. Un mauvais choix en la matière est une cause certaine d’échec. Pour rejoindre un poste d’affût orienté vers la plaine, mieux vaut éviter, autant que faire se peut, de longer les lisières, de manière à ne pas se faire éventer par les cochons sortant du bois. Dans le même registre, vous prendrez garde de ne pas couper les cheminements habituels des animaux, qui relèveront systématiquement votre odeur et rebrousseront chemin.

L’affût à la souille est également très rentable, surtout les soirs d’été et ceci d’autant plus que l’endroit, dissimulé aux regards, se trouve près des remises. En période caniculaire, le premier souci de la bête noire lorsqu’elle abandonne son cantonnement consiste en effet à prendre un bain de boue rafraîchissant.

Une école difficile : l’approche

Le sanglier est encore peu chassé à l’approche. Cela n’enlève rien à l’intérêt d’une quête exceptionnelle, mais qui ne peut hélas être pratiquée partout avec les mêmes chances de succès. Dans la garrigue ou le maquis, l’épaisseur de la végétation ne favorise pas la mise en œuvre de cette stratégie. La pirsch ne peut donc guère se pratiquer, avec succès, que sur des territoires ouverts de plaine ou de piémont, en sachant que la bête noire n’est pas forcément facile à voir parmi les hautes tiges des cultures sur pied.

l’affût doit être pratiquée tôt le matin ou tard le soir
“La pirsch du matin est plus favorable”

Comme l’affût, l’approche n’est pratiquée que tôt le matin ou tard le soir, lorsque les animaux circulent des remises vers les lieux de gagnages, ou qu’ils se trouvent à découvert sur leurs aires de nourrissage. « La pirsch du matin est plus favorable », souligne le spécialiste allemand du sanglier Karl Snethlage. « L’animal s’attarde plus facilement et reste au champ jusqu’à l’aube, parfois même en plein jour ». Ceci est particulièrement vrai en août, quand la bête noire vaque dans les chaumes pour défoncer les nids souterrains de campagnols. Si le sanglier est moins attentif au bruit et à la vue de l’ennemi, en revanche son odorat très sensible l’aidera à vous repérer quand vous progressez à mauvais vent. En matière de météorologie, sachez que le sanglier déteste la bourrasque : il ne s’attarde jamais en plaine quand souffle un vent violent. En revanche, la pluie ne semble pas l’incommoder.

On pratique l’approche en parcourant layons et allées qui conduisent vers les aires de gagnage, les clairières et les jeunes coupes où les animaux peuvent se montrer à découvert. En période de forte canicule, le sanglier rejoint volontiers les endroits frais et humides (queues d’étangs, bords de rivière…) situés près de ses souilles. On peut alors le surprendre en remontant ses coulées jusqu’à la bauge, ceci bien sûr en cheminant à bon vent.

Ils aiment les chasses individuelles estivales

Ancien président de l’ANCGG des Landes et louvetier, Didier Mazeau en est l’un des pionniers et des promoteurs dans son département. En opérant de la sorte sur les cultures à risques durant la période de chasse, à l’affût ou à l’approche, il a prouvé qu’on pouvait réguler très efficacement les populations à problème. Ces frappes que l’on pourrait qualifier de chirurgicales constituent aussi un bon outil d’effarouchement qui éloigne les animaux.

En période de chasse, Didier œuvre en partenariat avec des agriculteurs victimes de dégâts qui l’autorisent à réguler chez eux. Il accède ainsi à des territoires privés où il forme aussi des jeunes à ces tirs de régulation, leur faisant découvrir les plaisirs des chasses individuelles tout en se rendant utiles. Là encore une voie d’avenir qui laisse préjuger de ce que sera la chasse de demain. Entre le 1er juin et la fermeture générale, sur un territoire d’environ 45 000 ha dont 5 000 ha de cultures, il tue ou fait tuer chaque année presque autant de sanglier en chasse individuelle qu’en battue.

« En intervenant ainsi dans les zones à risques à partir du 1ER  juin, tard le soir quand les animaux rejoignent les cultures, ou tôt le matin quand ils s’en retournent en forêt, nous avons prouvé que nous pouvions opérer une régulation très efficace qui égale presque celle effectuée en battue confirme Ludovic Bastien, un autre chasseur landais qui insiste aussi sur l’efficacité de la méthode en tant qu’outil d’effarouchement.

Finalement, l’approche n’est pas une si mauvaise école pour la battue. Et puis avouons-le : renouer avec son territoire, son atmosphère, ses bruits et ses odeurs, le remodeler à sa convenance revient à anticiper l’ouverture générale. En agissant ainsi, nous prouvons aussi  que nous restons chasseurs, 12 mois sur 12.

L’intérêt de la battue estivale

Pour les uns, la battue estivale dans les cultures est d’abord un outil de dissuasion, destiné à éloigner les animaux pour limiter les dégâts. Pour d’autres, la solution ne suffit pas compte-tenu d’une efficacité jugée peu probante. Dans tous les cas, elle permet de renouer avec le milieu agricole et prouve la bonne volonté et l’investissement des chasseurs dans la protection des cultures.

L’été, Didier Mazaud considère que dans son département des Landes les battues estivales sont moins efficaces que l’affût près des cultures à risques à plus d’un titre.

En raison des hautes températures d’abord, qui gênent le travail des chiens, mais surtout car en éloignant les sangliers, on déplace le problème. Il a constaté que ces battues souvent dispersent les compagnies qui rejoignent alors d’autres secteurs sensibles. En poussant les animaux d’un champ vers l’autre, vous pouvez obtenir l’inverse du  résultat souhaité, à savoir multiplier les territoires subissant des dégâts, donc les ouvertures de dossiers relatifs aux demandes d’indemnisation. Didier préfère avoir affaire à un seul secteur touché où il intervient en chasse individuelle que plusieurs bien involontairement affectés par les déprédations de la bête noire, suite aux dérangements occasionnés par les battues. Notre expert considère que les chasses individuelles déplacent moins les animaux, et que vous obtenez, en tout cas chez lui dans les Landes, des résultats en tir d’affût bien supérieurs. Nous en voulons pour preuve les résultats qu’il obtient sur une commune où il n’opère qu’à l’affût l’été, ceci sur 10% seulement de sa superficie. Et bien il réalise en trois mois quasiment le même tableau que l’ACCA locale qui œuvre durant tout l’hiver aux chiens courants.

Quant à l’impact réel des battues d’été, Gérard Bedarida, président de l’ANCGG considère qu’il s’agit surtout d’une action complémentaire, dont la finalité consiste surtout à décantonner les animaux et à les repousser en forêt. Les vrais prélèvements s’effectuent plus tard, lors des battues automnales ou hivernales. Concrètement, on peut aussi reconnaître aux chasses estivales dans les maïs un impact psychologique très positif auprès des agriculteurs qui subissent des déprédations. C’est à coup sûr un bon outil d’effarouchement, plus que de régulation, qui vient en complément des tirs effectués à l’affût ou à l’approche, et auquel sur des territoires bien surveillés nous ne devrions pas avoir forcément à recourir.

briquets de pays dans l’allier
“Gérard Bedarida, président de l’ANCGG considère qu’il s’agit surtout d’une action complémentaire, dont la finalité consiste surtout à décantonner les animaux et à les repousser en forêt”

L’équipement du chasseur à l’affût et à l’approche

Responsable commercial chez Humbert Jean Charles Mathé pratique régulièrement le tir d’été du sanglier à l’affût, au mirador. « Mes miradors sont construits près des cultures à risques. L’été, je préfère pratiquer le soir car les nuits sont courtes, et les sangliers sortent plus tôt, parfois deux heures avant la tombée de la nuit. Le tir à l’affût d’animaux arrêtés ne nécessite pas un calibre surpuissant : j’apprécie le 7X64, le 270 Winchester et surtout le tout nouveau 270 WSM, dont le projectile présente une trajectoire très tendue parfaite en la circonstance. J’utilise des jumelles haut de gamme, très lumineuses, à grossissement 8X42 ou 8X56. Le diamètre de l’objectif de la lunette est également important : 42 mm au moins, avec un grossissement de 2,5-10 ou 3-12. Les réticules lumineux, qui se détachent bien sur le corps sombre du sanglier offrent un avantage certain durant les heures crépusculaires ».

Quels animaux tirer l’été ?

Les tirs d’été ont pour finalité d’effaroucher les sangliers, de façon à les dissuader de revenir sur les cultures. Ils s’effectuent de préférence sur des animaux jeunes, de taille petite à moyenne ( 20 à 25 kg ), malingres ou qui semblent en mauvaise santé. Les jeunes mâles paient un lourd tribut à cette chasse. Cette logique a aussi pour but de laisser vieillir nos populations, pathologiquement trop jeunes Dans tous les cas, il faut absolument éviter de tuer les laies meneuses.

Marcher en silence, à l’approche comme pour rejoindre son poste de battue

Les archers, qui sont des experts en la matière, considèrent que le chasseur à l’approche doit réapprendre à marcher. C’est aussi la théorie des trappeurs amérindiens. Pour cheminer vraiment en silence, il faut progresser non pas sur la pointe des pieds mais à l’indienne, en posant d’abord le talon, puis en déroulant doucement la plante du pied sur le côté. Cette précaution vous permet de sentir plus progressivement les petites branchettes traîtresses, les pierres et les brindilles qui risquent de craquer ou de rouler sous la semelle, et de retenir ainsi son pas.

Maral Platinum : le mariage entre l'élégance et l'efficacité légendaire de Browning

Vos pupilles se dilatent, votre rythme cardiaque s’accélère : vous avez le coup de foudre pour la Maral Platinum et nous vous comprenons ! Cette version luxueuse de la carabine à réarmement linéaire la plus rapide du marché se pare ici de splendides bois de grade 5. Une gravure arabesque finement ciselée sur la carcasse se marie à une boule de levier de culasse elle-aussi en bois.

Pin It on Pinterest

Share This