Sécurité à la chasse : les assureurs savent

Chasse Actu
date 09 juillet 2024
author Richard sur Terre

A l’heure où la FNC communique autour de la sécurité à la chasse, petit focus sur ceux qui savent : les assureurs.

Oui je suis sur le point de valider mon permis de chasser pour la saison 2024/2025. Et parmi mes dépenses incompressibles, il y a l’assurance obligatoire, proposée par la plupart des assureurs de France.

Et alors qu’il s’est agi de sortir ma carte bleue pour m’acquitter de cette obligation, j’ai réalisé à quel point le prix était plus qu’abordable.

Si les chasseurs dépensent beaucoup d’argent en armes, munitions, soins vétérinaires pour leurs animaux et autres équipements « indispensables » (non), l’assurance ne pèse pour ainsi dire rien dans leur budget annuel.

En moyenne : 20€/an

Ok c’est abordable. Mais pour quelles garanties ?

  • Dommages corporels causés à autrui sans limitation de somme
  • Dommages matériels jusqu’à 1 500 000 €
  • Défense pénale et recours jusqu’à 30 000 €

Tout cela pour la modique somme de 20€.

A lire aussi : La Chasse : un pilier économique pour la France

Alors il y a deux solutions : ou les assureurs sont affiliés à un lobby de la chasse surpuissant lui-même inféodé aux illuminatis, ou le risque est tellement faible que l’assurance ne coûte quasiment rien.

Je vous laisse quelques secondes pour faire votre choix, et surtout pour méditer sur les lanceurs de peur qui s’agitent sur les réseaux sociaux.

Je peux utiliser une arme à feu dans la nature en étant assuré annuellement pour le prix d’une pizza 4 fromages. Qu’en concluez-vous sur les risques que vous encourez en ramassant des champignons en période de chasse ?

A voir en vidéo :

Partager cet article
5 Commentaires :
  1. Philippe
    09/07/24

    C’est très juste ! Quand j’ai acheté mon logement, j’ai rempli le questionnaire de santé. Il faut signaler les sports à risques. J’ai dit à ma banque que je suis chasseur et tireur. Pas de problème pour elle, donc pas de surcotisation. Par contre, le parapente, le parachute sont à risques. Je ne pense pas que les assurances sont de grands philanthropes.

  2. GUILLAUME MARKUS
    10/07/24

    Richard a raison de souligner que le coût de l’assurance couvrant les risques à la chasse est un excellent indicateur.

    Malgré les très grands progrès en matière de sécurité à la chasse, traduits par une baisse constante des accidents, je considère que nous devrions faire bien mieux car si nous avons désormais moins de dix morts chaque année le nombre de blessés est de plusieurs dizaines. Toutes proportions gardées des pays européens font moins bien que nous quand d’autres sont autrement plus efficaces pour avoir très peu d’accidents à la chasse et parfois zéro accident mortel.

    En quelques décennies nous sommes souvent passés du fusil à la carabine du fait de l’amoindrissement de la part du petit gibier, hors migrateurs, ce qui rend les tirs plus dangereux en moyenne, mais nos progrès ont effacé cela.

    Si le prix de l’assurance couvrant les risques à la chasse est particulièrement faible, des grands progrès restent à faire en matière de sécurité pour faire baisser les accidents qui touchent ces deux dernières années uniquement des chasseurs.

    Vérification de l’arme et de la lunette sur un stand de tir et entraînement au sanglier courant devraient être obligatoires en plus de l’élimination de mauvaises pratiques comme des chasseurs ne respectant pas strictement les consignes à la chasse.

  3. Olaaf Brentot
    10/07/24

    Tout à fait d’accord avec vous Guillaume.

    J’apporterais simplement une légère nuance, les autres pays européens dit « exemplaires » en matière de sécurité à la chasse, on ne peut pas vraiment se comparer à eux.
    J’habite dans l’un d’eux (Norvège) où il n’y a quasiment jamais d’accidents. Les Norvégiens sont-ils plus respectueux des règles de sécurité ? Probablement un peu. Mais c’est surtout que le pays est si vaste qu’avant de croiser quelqu’un d’autre dans la nature, il va se passer un bon moment.
    Pensez qu’ici on chasse les tétras à la carabine, et on les tire l’hiver à la cime des arbres. Une balle FMJ qui ne pose de problème à personne… et pour cause, tout au long de sa course, le risque qu’elle croise un humain, une habitation, un véhicule ou des animaux domestiques est plus qu’infime.

    Tout ça pour dire qu’il n’est pas forcément juste de se comparer à d’autres pays, quand justement les conditions ne sont pas comparables.

    Mais pour le reste : 100% d’accord avec vous !!

    1. Bruckner daniel
      11/07/24

      Je ne fais aucune pub. Je tenais, en toute modestie et très simplement, vous remercier pour votre livre.

    2. Marc
      12/07/24

      Je n’y aurais pas pensé, comme quoi avec un peu de réflexion on peut trouver des arguments imparables… Bravo Richard

Soumettre un commentaire

Dans la même catégorie

Articles les plus récents