Tirer sur les rapaces

Chasse Actu
date 06 février 2024
author Richard sur Terre

Une buse variable a été retrouvée blessée par le coup de fusil d’un « chasseur » dans la région nantaise.

Article de Ouest France

Je vous l’annonce sans ambages, si vous faites partie des gens qui tirent sur des espèces protégées – comme les rapaces – vous n’avez de chasseur que le nom. Il est passé le temps où l’on qualifiait de « saloperie » ou de « vermine » certaines espèces animales au nom de je ne sais quelle logique à la con.

Le chasseur responsable et moderne ne choisit pas tout seul, au hasard de ses rencontres, les espèces chassables ou pas. Il existe des lois, et chacun se doit de les respecter, sous peine de finir en garde-à-vue.

Puissent ces braconniers être retrouvés, et qu’on leur retire le droit de se faire appeler « chasseurs ». Une annulation du permis de chasser avec interdiction de le repasser (+ une amande salée à la clé) me semble appropriées.

La chasse française ne sera QUE responsable et respectueuse des lois de notre pays.

Partager cet article
27 Commentaires :
  1. GUILLAUME MARKUS
    06/02/24

    Richard, vous avez raison de relayer cette information d’un gars qui tire sur un rapace.

    C’est impardonnable.

    Un rapace ça se reconnaît facilement, sinon, le gars n’a rien à faire avec un fusil.

    1. Francis
      07/02/24

      Tout à fait d’accord et vraiment plus jamais le droit de repasser le permis

  2. Gerard.ellebé
    06/02/24

    Tu as entièrement raison Richard, fini le temps des pièges dits à poteau et où les chouettes finissaient crucifiées aux portes des granges… S’eut été diférent s’il s’était agit d’un cormoran, qui de par son statut d’espèce protégée en est devenue invasive et parfois nuisible au bon équilibre des espèces.

  3. mouchous
    06/02/24

    Je suis dans une région qui, à cause d’une immense décharge et classée parmi l’une de celle la plus peuplées de rapace en France voire en europe. Je me demande encore pourquoi les rapaces son espèce protégée, c’est le même principe que le loup ou autre prédateur. L’image de l’aigle fait partie de l’imaginaire de la puissance de la nature Et oui les buses et autres milans prédatent sans distinction les perdreaux, les poussins ou les appelants sur raquettes. Sur mon ACCA nous procédons à des lâchers de faisans et perdreaux et il n’est pas rare de voir des buses, dés les premières caisses ouvertes tourner sur les lieux et emporter des perdreaux. Je sais que l’espéce est classée protégée mais je peu comprendre un tir de protection sur un élevage de poules. A titre info les lâchers de « Volailles ‘ comme certains disent servent aux jeunes chasseurs avec de jeunes chiens et surtout à nos anciens qui n’ont plus 20 ans.

    1. Luc
      06/02/24

      👍👍👍

  4. GUILLAUME MARKUS
    06/02/24

    Avec MOUCHOUS, nous avons un discours des plus mesquins.

    Partout, quand la nourriture est abondante -dans le cas exposé, une immense décharge- il y a multiplication des naissances des animaux sauvages. Ici des rapaces.

    Dans le même temps, les agriculteurs ont supprimé énormément de haies qui permettaient aux oiseaux de nicher, souvent aux lapins de creuser des terriers, ont supprimé beaucoup de zones humides propices aux batraciens, ont quasi éradiqué les insectes avec l’épandage d’insecticides et donc supprimé ce qui faisait l’essentiel de la nourriture des batraciens et de bien des oiseaux. Il ne reste pas grand chose aux rapaces pour se nourrir sur les zones qui ne sont pas la décharge quand tous ces animaux qui leur servaient de proie ont été plus que décimés.

    Après les agriculteurs se plaignent que les rapaces tapent lors de lâchers de perdreaux ou dans des élevages de poules en plein air. Et ce n’est pourtant qu’une petite perte. Vous n’avez pas les moyens de ce petit prélèvement par des buses ou des milans ?

    Faut être cohérent les gars. C’est comme quand on fait du maïs et qu’on se plaint de la prolifération des sangliers en rouspétant en plus que les chasseurs, qui paient déjà les dégâts aux cultures, n’en tuent pas suffisamment.

    1. Jean
      07/02/24

      Les rapaces font partie de la nature mais nier l impact de ceux ci qui ont prolifère depuis leur protection (levraux,perdrix ect) n est pas très objectif.aneantissent parfois l effort ,voir la protection de réintroduction.a côté de chez moi,un étang avec des canards sur un ilot pas un petit n arrive à l age adulte car ils sont décimés par les rapaces et les corbeaux.

      1. GUILLAUME MARKUS
        07/02/24

        Là encore on est sur des oiseaux d’élevage qu’on réintroduit.

        Les corbeaux, on a le droit de les taper. Ça fait déjà des prédateurs en moins.

        Et puis, on élève les canetons de sorte qu’on introduise dans l’étang uniquement des canards adultes.

        1. Jean
          07/02/24

          Même chose sur les poules d eau et les foulques dans le marais qui eux ne viennent pas d élevage,on voit les nichées qui diminuent de jour en jour et qui disparaissent.moi je pense qu ils sont devenus trop nombreux mais hors de question de les éradiquer.

        2. Jean
          07/02/24

          Pour les corbeaux difficile de les taper au milieu d une réserve

          1. GUILLAUME MARKUS
            07/02/24

            S’il y a pléthore de buses et de milans, c’est qu’il y a abondance de proies pour les nourrir.

            Si la nourriture vient à manquer, ils auront du mal à vivre sur ce territoire.

            Par ailleurs, je suppose que même dans une réserve il doit être possible d’obtenir via l’OFB et la Préfecture une décision d’autorisation de taper les corbeaux. Ça soulagerait déjà.

            Après, il peut être introduit des prédateurs de buses et milans comme des grands ducs. J’ignore si c’est possible et comment cela se fait.

            On pourrait sans doute commencer par installer au dessus de l’îlot de l’étang un filet de protection, ce qui donnerait un refuge contre l’attaque des buses et des milans.

        3. Jean
          07/02/24

          Un autre exemple,en Suisse canton de geneve ou la chasse est interdite depuis 1974 la perdrix a complètement disparu malgré plusieurs essais de réintroduction par contre les prédateurs ont prolifère ,mais d après certains c est du aux conditions climatiques,un peu de lucidité,je crois qu on doit pouvoir trouver un juste milieu.

    2. mouchous
      07/02/24

      mesquinerie: Caractère de la personne qui manifeste de l’étroitesse d’esprit et de vues, des sentiments bas et médiocres; caractère de ses activités. Donc conclusion si abondance d’alimentation, abondance d’oiseaux, donc besoin de régulation pour régler ce déséquilibre. Pour le mais c’est pareil, je pense qu’il n’est pas planter pour faire plaisir au sanglier. Faut être cohérent et ne pas dire n’importe quoi. A j’oubliais que voulez vous dire par « Les moyens de ce petit prélèvement » . Pour exposer des idées il n’est pas nécessaire d’essayer de se moquer car cela fait parti de la mesquinerie

  5. Damien
    07/02/24

    C’est trop gentil de lui donner des amandes salées…
    Moi je lui donnerais plutôt une grosse amende… 🙂

  6. Nestor
    07/02/24

    Pour une fois que je suis 100% d’accord avec un article publié ici, ce serait mesquin de ne pas le souligner 😉

  7. mouchous
    07/02/24

    J’ai fait un oubli, attaquer les agriculteurs et les rendre responsable de tout les maux, c’est mesquin !

    1. GUILLAUME MARKUS
      07/02/24

      Non, il n’a jamais été dans mes intentions de rendre les agriculteurs responsables de tous les maux, ni de les mettre tous dans le même panier.

      Mais je ne suis pas dupe des pratiques, des discours, et autres, outranciers sur leurs difficultés. Les éleveurs-laitiers, ok.

      MOUCHOUS fait de l’élevage de gibiers pour la chasse qui serviraient aux jeunes chasseurs et aux anciens. C’est un business supplémentaire qui va bien quand on est céréalier ou qu’on cultive la betterave ou la pomme de terre, parce qu’on a du temps. Si c’est pour tirer ce gibier, je n’aime pas du tout et je n’ai jamais mangé de ce pain-là.
      Et puis aussi cela serait bien de faire moins de maïs. C’est une plante originaire d’une région tropicale (Mexique) qui bouffe trop d’eau (et ça nourrit les sangliers que les chasseurs vont se coltiner dans des plans de chasse de plus en plus contraignants).

  8. Marc
    07/02/24

    Malheureusement « chasse éternelle » a tout faux…. la gestion de la faune en France est une abération. Les écosystèmes sont un tout, et permettre au chasseur de tuer les proies, tout en leur interdisant de tuer les prédateurs est un non sens écologique. On le comprend parfaitement avec le loup, qui a détruit dans le Sud-Est de la France les populations de grands gibiers et qui posent des problèmes insoutenables aux éleveurs. Pourquoi en serait-il différemment pour les rapaces? L’équilibre entre proies et prédateurs est rompu à différents niveaux, par les chasseurs, par la destruction des habitats, par les accidents de la route, par les maladies importées par l’homme et qui ont réduit les populations de lapins à zéro. Bref, nos écosystèmes ne sont pas en bon état et les équilibres sont rompus depuis bien longtemps, et la régulation des rapaces s’imposerait à toute personne tant soit peu écologique.

  9. chaux jean-pierre
    07/02/24

    je constate que le discourt est toujours le même. les chasseur, les agriculteurs ect….si l’on regarde la pollution des mers ,de la terre ,des rivières, le réchauffement ,le comportement des hommes vis a vis de la nature, raréfaction des matières première, la surface d’un département qui disparait sous le béton tout les 10 ans, ect.. il me semble que nous avons la 8 milliards de coupables.

  10. mouchous
    08/02/24

    Mexique 49% du territoire possède un climat sec, 23,2% un climat tempéré (humide et sous humide) et 27,7% un climat chaud (humide et sous humide). Entre 400 et 1.500 mètres, la température est particulièrement clémente. La température moyenne annuelle de Mexico (situé à 2.240 mètres d’altitude) est de 16,5º. La saison sèche s’étend d’octobre à mai ; la saison des pluies de juin à septembre.S’il est vrai que le maïs actuel est consommateur d’eau que si l’on l’arrose, je suis dans une région semi-montagneuse plus de 90% des maïs ne sont pas irrigués et servent à la nourriture des animaux. Beaucoup d’agriculteur (soucieux de environnement) on changé de culture ou n’irrigue plus. Sur ce je ne polémiquerais plus en réponse à des arguties.

    1. GUILLAUME MARKUS
      09/02/24

      Concernant le maïs, il est clair que, s’agissant d’une plante tropicale, elle nécessite beaucoup d’eau.

      C’est une plante originaire du Sud du Mexique, région au climat tropical comme chacun sait. D’ailleurs, chez les Mexicains c’est la nourriture de base, du Nord au Sud. J’y ai vécu quelques années, je connais un peu.

      Les États-Unis du Mexique sont un pays d’une très grande surface qui comprend un grand désert au Nord et des zones tropicales au Sud.

      Si vous n’arrosez pas votre maïs, ce qui m’étonnerait, c’est très bien. Ayons des cultures moins gourmandes en eau.

    2. GUILLAUME MARKUS
      09/02/24

      Je n’ai pas vu beaucoup de baisse dans la culture du maïs en France. A la marge, peut-être, mais presque rien.

      Pour mémoire, le maïs en France représente 1/3 de ce qui est produit en blé tendre, plus de 35 Millions de tonnes sur 5 Millions d’hectares.

      1. Jean
        11/02/24

        Vu que le mais pousse en été, c est évident qu il faut l arroser puisqu il n y a pratiquement plus d orage ou de pluie en cette saison.capter l eau qui tombe en abondance l hiver(cette année est un bon exemple)pour s en servi l été me semble plus logique que d importer cette céréale de l autre côté de la planète

        1. RASMU
          13/02/24

          Ça ne vous vient pas à l’idée qu’il faut moins utiliser d’eau, mieux irriguer, changer une partie des cultures pour d’autres qui consomment moins d’eau (tournesol, sorgho) pour nourrir les animaux, par exemple.

          L’agriculture consomme 50% de l’eau en France et le maïs, à lui seul, 25% de l’eau consommée en France.

          Quand on cultive UN seul petit hectare de maïs (100m X 100m), il est consommé en eau l’équivalent de ce qu’utilisent 400 personnes sur UNE ANNÉE.

          Avec des gens qui raisonnent comme vous, on est mal barré, avec le climat où l’eau se fait plus rare.

          1. Jean
            14/02/24

            Je ne sais pas d ou vous sortez tous ces chiffres mais hormis le tournesol qui s en sort mieux ,l année dernière l agriculteur a côté de chez moi n a même pas moissonné le soja et le sorgho tellement le rendement était faible car manque d eau.les cultures d été ont besoin d eau et je vois pas où est le problème de capter l eau qui tombe en abondance l hiver ,et qui part à la mer.

          2. Jean
            14/02/24

            Personnellement j ai installé des citernes qui se remplissent l’hiver et me servent pour mon potager et contrairement à vos insinuations je fais attention à l eau pour la planète et pour des raisons économiques.

        2. MARKK
          13/02/24

          Au lieu de planter du maïs, faites du SOJA.

          Ça consomme moins d’eau et ça nourrit aussi les animaux d’élevage.

Soumettre un commentaire

Dans la même catégorie

Articles les plus récents