Gestion de la faune pour les nuls, par les nuls

Anti-chasse
date 01 février 2024
author Martin Le Noan

Pierre Rigaux est naturaliste et reporter cynégétique autodidacte. Alors forcément tout ce qui est biomasse, chasse et régulation ça le connaît.

La leçon du jour nous est dispensée par notre naturaliste préféré, j’ai nommé Pierre Rigaux. A l’aide de magnifiques graphiques, que vous pouvez admirer ci-dessous, il va vous expliquer en quoi…élever des poules ou des cochons ne justifie en rien de réguler les populations de grand gibier. 

Sarcasme & plantade

La biomasse des mammifères sauvages est ici comparée à celle du bétail et des humains. Celle des oiseaux sauvages, aux volailles. La part des animaux d’élevage est, sans grande surprise, la plus importante. 

Mais une fois ce constat fait, la diminution de la faune sauvage et l’augmentation de la part des animaux d’élevage, justifient-elles que l’on interdise toute régulation ? 

Eh bien non. Parce que chaque besoin de régulation est infiniment complexe, localisé géographiquement et répond à un contexte particulier (dégâts agricoles et forestiers, présence d’espèces exotiques envahissantes, augmentation des collisions sur la route etc). 

C’est ce qu’on appelle, entre autres,  l’équilibre agro-sylvo-cynégétique.

A lire :

Le principal inconvénient de ces graphiques est qu’ils ne font “que” comparer la démographie des animaux sauvages avec celle des animaux d’élevage. En quoi est-ce une limite ? Prenons un exemple pour illustrer. 

Vous arrivez dans un champ et dénombrez 2 merles et 8 poules. La part des animaux dits “sauvages” est donc de 20%.

Prenez le même champ avec 4 merles et 36 poules. La part des animaux sauvages chute à 10% alors que la population de merles a doublé.

Ajoutez quelques ragondins dans ce même champ et les animaux sauvages seront toujours minoritaires. Faut-il alors fermer les yeux sur le risque qu’ils représentent pour la biodiversité ?

Il n’est pas pertinent d’affirmer que certaines espèces ne doivent pas être régulées, uniquement parce qu’elles apparaissent comme minoritaires face à une population anormalement élevée d’animaux d’élevages.

Donc avant d’impliquer les chasseurs dans le déséquilibre de la biomasse de toute la planète…un peu de nuance ou de détail ne ferait pas de mal. Mais bon la nuance et les anti-chasse…

En revanche, voyez-y une occasion de remettre vos habitudes alimentaires en question. Choisissez bien la viande que vous mettez dans votre assiette et peut-être que Pierre Rigaux nous laissera un peu tranquilles. 

Même Hugo Clément le dit , le gibier est la manière la plus éthique de consommer de la viande…

Partager cet article
6 Commentaires :
  1. GUILLAUME
    01/02/24

    AUTODIDACTE !

    Naturaliste autodidacte, vous avez tout dit de Pierre RIGAUX.

    C’est un gars qui a fait des études de géographie et qui s’est fait virer de la LPO où il était salarié.

  2. Deuch
    01/02/24

    Mr Pierre Rigaux est à la recherche de tout ce qui peut nourrir sa cagnotte deux vidéos en peut de temps Mr Pierre Rigaux esque que les gens que vous manipuler grâce aux vidéos prises sur les réseaux sociaux commencerai t’il a voir clair ?

  3. Hervé
    01/02/24

    Pierre Rigaux penserait il être le nombril du monde avec ses petit dessins a deux balles . Non Mr Rigaux , vous n êtes qu un trou du cul. Désolé , il fallait que ça sorte .

  4. Brager Eric
    01/02/24

    Bonjour Richard je suis un de vos auditeur assidu et j’aime beaucoup l’humour et la nuance que vous mettez dans vos articles. Je ne peu qu’être d’accord avec vous concernant P. Rigaud, il y a juste une chose que j’aurai modifié dans l’article, c’est le mot  »autodidacte » par  »auto-proclamé » , tant il dit d’âneries et de mensonges éhontés à longueur de temps. Les  »vrais » naturalistes , même amateurs, ont un fond scientifique et non propagando-politico- mensongé.
    Merci à vous pour votre humour et votre rigueur journalistique.

  5. mouchous
    02/02/24

    Ou son les références scientifiques de ces déductions et compte il les surmulots de paris LOL

    1. Edouard
      05/02/24

      Très bonne question. Si on part du constat de monsieur Rigaux, il faut plus d’humain à Paris pour compenser le déficit de biomasse face aux rats. Et alors si on rajoute les pigeons, il va finir par dire qu’il faut les abattre !!!!

Soumettre un commentaire

Dans la même catégorie

Articles les plus récents