ASPAS : c’est l’occasion qui fait le lardon

Anti-chasse
date 08 juillet 2024
author Léa Massey

Dans une volonté toujours plus grande de distiller une propagande savamment étudiée, l’ASPAS se régale d’un sanglier albinos.

Image d’illustration

Christina Guivarch et sa mère ne s’attendaient certainement pas à une telle rencontre lors de leur habituelle randonnée près de la forêt de Beaumont-le-Roger (Eure). Au terme de leur promenade, elles ont eu la surprise de croiser la route d’un sanglier blanc, une rencontre rare et étonnante qu’elles n’ont pas manqué d’immortaliser en vidéo.

Une Rencontre Hors du Commun

« Nous adorons passer dans la forêt de Beaumont-le-Roger pour voir des biches et autres animaux. On fait le parcours plusieurs fois par semaine, » raconte Christina Guivarch. « Comme j’ai toujours mon portable à la main pour photographier ou filmer les animaux, j’ai sauté sur l’occasion. » La randonneuse et sa mère étaient stupéfaites de découvrir cet animal inhabituel, un sentiment partagé par beaucoup, y compris des chasseurs expérimentés de leur entourage.

Une Explication Génétique

Luc Tison, chef de service de l’Office Français de la Biodiversité (OFB) dans l’Eure, explique que deux hypothèses peuvent expliquer la couleur blanche de ce sanglier. « Soit c’est un albinos, soit c’est un croisement avec un porc domestique. Au vu de la couleur sur la photo, j’opterais plutôt pour la deuxième option. »

Pour comprendre ce phénomène, un rappel génétique s’impose. « Le sanglier porte 36 chromosomes, le porc domestique 38 tandis que l’hybride en a 37, ce qui peut donner des animaux avec un phénotype plus proche du porc, » explique Luc Tison.

Pour l’ASPAS, l’occasion est trop belle

Vous noterez les smileys choisis. J’ai une playlist qui raconte bien qui sont les clowns.

Là où les gens normaux voient un éventuel accident d’hybridation avec un cochon mal confiné, l’ASPAS, elle, s’engouffre dans la brèche de ses conneries habituelles et nous sert le plat multi-réchauffé de l’hybridation volontaire « à cause que les sangliers ils font plus de bébés comme ça ». Laissons donc les génies être des génies, et retournons parler entre adultes.

A lire aussi : ASPAS : Toujours plus loin dans l’absurde

Un Phénomène Préoccupant

La découverte d’un sanglier blanc soulève des questions sur la « pollution génétique ». Selon Luc Tison, « avec des croisements successifs, le phénotype typique du sanglier se perd, réduisant ainsi l’espèce originelle du sanglier. » Ce phénomène, observé notamment en Corse où les cochons domestiques en liberté se croisent avec les sangliers sauvages, a compliqué la distinction entre les deux espèces. « Beaucoup d’animaux ont maintenant des taches blanches, rouges, roses, noires… Le risque est une perte génétique par rapport à la population sauvage. »

Pour continuer à voir des sangliers typiques dans nos forêts, il est crucial de surveiller et limiter ces croisements génétiques.

A voir en vidéo, les donneurs de leçons :

Partager cet article
7 Commentaires :
  1. Lolo0126
    08/07/24

    Alors, vu son groin, ses oreilles et son ventre si ça c’est un sanglier, moi je suis astronaute !!!!!!!!!!

  2. Lolo0126
    08/07/24

    Pffff ! Non je n’ai rien dit j’ai réagit trop vite à la photo de tête ….. C’est moi le boulet ! 😉

  3. olive
    08/07/24

    Pour les gens de L’ASPAS ,ils changent leurs lunettes ou ils achètent une canne pour aveugle

  4. jacques
    08/07/24

    En Corse pour les bénis oui oui s’aspas de commentaire !!!

  5. Ariègeois
    09/07/24

    Sur les environs de Toulouse les citadins se débarrassent de leur cochon vietnamien voila ce que cela donne comme produit faut il être un co. pour confondre cela avec un animal sauvage

  6. Deuch
    09/07/24

    Je me demande comment on peut encore donner une subvention à une association qui n’est même pas capable de faire la différence entre un cochon et un sanglier mais pour salir la chasse est capable de raconter n’importe quoi

  7. serge
    15/07/24

    Si la bebete en illustration est bien celle vue en foret alors il faut se demander si cette bestiole est capable de courir commeun sanglier avec les ruses nécessaires pour perdre une meute de beagles bien gorgée. C’est surement plus un gros porc qui a du mal à se mouvoir et donc n’a aucun interet à la chasse. Ce « sanglier » est une cible et rien d’autre c’est bien triste

Soumettre un commentaire

Dans la même catégorie

Articles les plus récents